Baisse du taux de déforestation dans la forêt amazonienne

Une étude publiée en octobre par un groupe d’organisations environnementales et sociales en Amérique latine – plus connu sous le nom de Réseau Amazonien d’Informations Socio-Environnementales Géo-référencées (RAISG) – a démontré que la destruction des forêts primaires à travers le bassin amazonien connait une baisse considérable depuis les années 2000.

Publiée sous la forme d’un compte-rendu comprenant une carte détaillée de la déforestation, l’étude démontre que le taux de déforestation a fortement diminué entre 2010 et 2013, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de l’Amazonie brésilienne. Ces résultats sont déterminants car ce sont les premiers à rendre compte d’un changement au niveau des forêts primaires dans les régions amazoniennes qui ne font pas partie du Brésil.

Grâce au système de contrôle de haut niveau du pays, de nombreux rapports font état de la baisse du taux de déforestation au Brésil. Quant aux données des autres pays, elles restent dans l’ombre.

Map of historic deforestation in the Amazon basin

D’une part, les données concernant les autres pays et fournies par d’autres sources, comme les Nations Unies et Global Forest Watch, n’analysent pas le recul des forêts par biome ; d’autre part, elles ne s’intéressent qu’au recul brut et net des forêts, au lieu de se concentrer plus spécifiquement sur la déforestation.

« Les données de Global Forest Watch parlent des changements forestiers, comme la croissance des forêts et des plantations secondaires; le compte-rendu du RAISG, lui, parle des forêts primaires, » a déclaré Carlos Souza, travaillant pour Imazon – ONG brésilienne qui a participé à cette étude.

Annual deforestation in the the non-Brazilian Amazon

Annual deforestation outside the Brazilian Amazon

Le compte-rendu, également disponible en espagnol, montre que le taux moyen annuel de déforestation en Bolivie, en Colombie, en Équateur, au Guyana, au Pérou et au Suriname a fortement baissé entre 2010 et 2013, en comparaison avec celui observé entre 2005 et 2010. Seuls le Venezuela et la Guyane ont connu une augmentation du taux de déforestation. Les chiffres concernant le Venezuela sont particulièrement alarmants puisqu’ils ne cessent d’augmenter depuis 2000.

Pie chart showing share of Amazon forest loss outside Brazil since 1970

Chart: cumulative deforestation in the Non-Brazilian Amazon

Chart: cumulative deforestation in the Non-Brazilian Amazon

De manière générale, le taux annuel de déforestation à travers les régions amazoniennes qui ne font pas partie du Brésil a diminué de 55%, passant d’une moyenne de 11 480 km² à 5 132 km². En incluant le Brésil, le taux moyen annuel a baissé de 49%, passant de 15 562 km² à 7 970 km².

Le compte-rendu montre en détails le recul des forêts dans chaque pays, et analyse les différents moteurs de la déforestation et les récents développements liés aux forêts. Ces moteurs varient de pays en pays, cependant, l’élevage du bétail et l’agriculture à grande échelle, les exploitations forestières et les industries extractives sont les principaux responsables du recul des forêts primaires et de leur dégradation.

Le compte-rendu fait également état d’une couverture forestière et d’un taux de déforestation cumulé historiques depuis 1970, concluant que sur cette période, 13,3 % des forêts tropicales les plus vastes du monde ont été dépeuplées. En termes relatifs et absolus, le Brésil domine tous les autres pays de la région amazonienne avec un taux de déforestation de 17,6 % et ce, bien que son taux de recul annuel ait baissé de 75 % depuis le début des années 2000. Le Pérou (65 848 km²), la Colombie (45 970 km²) et la Bolivie (24 431 km²) le suivent de près.

Chart showing share of Amazon forest loss since 1970

historic_amazon_forest_cover

Les données reposent sur l’analyse d’une image satellite utilisant une méthodologie normalisée faite par les sept associés du RAISG : FAN (Bolivie), ISA et IMAZON (Brésil), Gaia Amazonas (Colombie), EcoCiencia (Équateur), IBC (Pérou) et Provita (Venezuela).

Article published by